Actualités
20 ANS DEJA
Europan vu par…
Stefano Boeri est un architecte et professeur d’urbanisme italien.
Il enseigne l’urbanisme à Venise et à Lausanne (IUAV). Il est architecte, auteur et directeur de la revue d’architecture italienne Domus. Il a également fondé le groupe de recherche en architecture et en urbanisme Multiplicity. Membre du jury Europan 6 en France.


"Europan è stata una piccola e potente globlizzazione anticipata nel mondo dell'architettura.
Per una volta i flussi non hanno schiacciato i luoghi, ma al contrario li hanno portati in giro per il mondo”



Jean-Luc Poidevin est Président de Nexity - Villes et Projets depuis janvier 2004. Titulaire d’une maîtrise de droit public (1980) et d’un DESS de droit et d’administration des collectivités locales (1982), il a été de 1993 à 2000, directeur de l'aménagement de l'Etablissement public pour l'aménagement de la région de la Défense (EPAD), puis directeur général de l'Etablissement public d'aménagement du Mantois-Seine- Aval (EPAMSA). Président du jury Europan 8 en France.


"Jamais je n'aurais imaginé, qu'après avoir été désigné Président du jury EUROPAN 8, l'expérience que j'allais vivre soit aussi passionnante et exaltante.
Plus de 240 projets à analyser, un jury de personnalités aussi brillantes, professionnelles que diverses et cosmopolites.
Un travail exigeant qui nécessite de bien s'imprégner de la thématique du concours, de cerner les enjeux des territoires retenus, pour finir par le choix des lauréats.
J'ai donc la nostalgie des débats de haute volée et de l'acharnement à défendre tel ou tel projet au nom de l'innovation.
Je me souviens également de l'incompréhension de certains choix du jury de la part des communes sur lesquelles les projets devaient se réaliser. Mais, je n'oublierai pas ces délicieux moments où les jeunes équipes lauréates sont venues expliquer leurs projets et le dialogue qui a pu s'instaurer avec les collectivités.
Voilà, c'est l'ensemble de ces images, débats, et moments humains que j'ai en moi et qui ne me quitteront plus."




Pascal Amphoux est architecte, géographe, professeur à l’École d’architecture de Nantes et chercheur au CRESSON, Grenoble. Membre du comité scientifique Europan et du jury europan 8 en France.

"Un acronyme dont on a oublié le sens. Une institution européenne à l'âge de raison. Une immuable famille, éternellement recomposée. Une société secrète en mal périodique de coups d'état. Un moteur de recherche. Un espace de jeu et de mise en scène. Une agence de voyages. Un label professionnel. Un donneur de temps. Un passage obligé pour les jeunes architectes. Un espace public – de débats et de confrontation. Une bourse aux jeunes loups, malins, coquins, habiles ou modestes, qui désormais parcourent l'Europe, passant d'agence en agence dans un joyeux désordre opportuniste. Voici quelques entrées premières pour définir Europan. Mais il y en aurait mille autres, plus abstraites ou paradoxales.
Un fil tendu entre théorie et pratique – mais qui n'est jamais loin d'être détendu. Une bataille rangée de langues, de mots et de thèmes – mais qui finalement reviennent toujours aux mêmes. Une machine de production de modes et de notions, passantes – mais qui pourtant parfois résistent. Un culte surtout à la gloire de l'entre-deux : entre deux échelles, entre deux compétences, entre deux contextes, mais aussi entre l'espace et le temps, entre nature et culture, entre l'ici et l'ailleurs. Voici quelques entrées secondes pour une meilleure définition. Mais il y en aurait mille autres, plus factuelles ou concrètes.
Un laboratoire expérimental de procédures : procédures de jugement, procédures de jurys, procédures de suivi. Un espace pédagogique, multipolaire, multi-critères et multi-acteurs. Un conseil scientifique qui n'a rien de "scientifique". Un bureau qui a tout d'un bureau. Des secrétariats nationaux qui n'ont rien de commun. Des processus de réalisation qui se font attendre. Des études urbaines qui ne se voient pas. Des lauréats oubliés sitôt reconnus. Voici quelques connotations supplémentaires, mais il y en aurait mille autres, plus acerbes ou amères.
Europan depuis vingt ans est le miroir de la jeune architecture européenne. Miroir aux alouettes, diront certains. Et pourtant, force est de constater qu'Europan depuis toujours surfe sur une vague improbable, échappant d'un côté aux thèmes porteurs du moment (le développement duraille, l'économie d'énergie, le high tech ou le générique) et portant de l'autre des problématiques nouvelles au goût du jour (l'articulation entre l'échelle architecturale et l'échelle urbaine, l'expression du temps dans le projet, la mobilité et l'espace public). Elle pourrait annoncer prochainement que le temps le plus durable est celui de l'éphémère ou que l'avenir de la mondialisation n'est pas ailleurs que dans les villes moyennes. Vingt ans déjà. Europan résiste – et c'est la plus belle tâche qu'on puisse lui assigner pour amorcer sa deuxième génération."




Frédérique de Gravelaine est écrivaine et consultante, auteur de nombreux ouvrages d’urbanisme et d’architecture, en particulier pour la collection Projet urbain (avec Ariella Masboungi, ministère de l’Equipement). Parutions en 2006 : Birmingham – Faire la ville en partenariat (éditions de La Villette) ; Construire un projet de ville – Saint-Étienne « in progress » (Club Ville Aménagement, Le Moniteur). Chronique Europan depuis sa création.


"Nous avons grandi ensemble (ça vaut mieux que de vieillir), alors forcément, j’entretiens avec EUROPAN une relation où se mêlent le professionnel et l’affectif, une proximité amicale avec ses acteurs, une attention particulière portée aux jeunes professionnels qui, eux aussi, ont grandi au fil des ans... Mes contributions de journaliste aux publications EUROPAN (et à celles du PAN, avant) ou à ses événements (un jury, un colloque, des rencontres...) ont toujours été des occasions riches de rencontres, de débats... Le réseau EUROPAN a bien réussi à devenir un lieu de veille, tant pour y découvrir des talents que pour y remuer de vraies questions, en général avec un temps d’avance. De quoi stimuler la réflexion, avec générosité et même avec gaîté, sans prises au sérieux excessives ni langue de bois – avec urbanité en somme, une manière de continuer à défendre une certaine idée de la ville (des villes)."



Chris Younès est psychosociologue et docteur/HDR en philosophie, est professeur des écoles d’architecture en Sciences de l’Homme et de la Société à l’Ecole nationale supérieure d'architecture de Paris la Villette et à l’Ecole spéciale d’architecture, où elle est professeur associée en études urbaines. Directrice du laboratoire GERPHAU (philosophie architecture urbain) UMR CNRS 7145 LOUEST, ses travaux et recherches développent une interface architecture et philosophie sur la question des lieux de l’habiter, au point de rencontre entre éthique et esthétique, ainsi qu’entre nature et artefact. Membre du jury Europan 6 en France.


"Il y a toujours beaucoup d’énergie autour d’EUROPAN qui offre l’occasion à de jeunes architectes de travailler sur des sites européens et de participer au brassage des imaginaires et des cultures. Des équipes pluridisciplinaires s’amorcent, des émulations et des espoirs foisonnent, des inventions s’opèrent. Même s’il ne faut pas oublier non plus de souligner qu’il y a une rude sélection et un long chemin à parcourir jusqu’aux réalisations, obstacles que nombre de concourants ont du mal à franchir.
Fabrique innovante, EUROPAN se révèle être par ailleurs un formidable observatoire diachronique et synchronique de la production primée des moins de quarante ans et de leurs visions du monde. Ainsi, à l’occasion de ses 20 ans d’existence, je souhaite insister sur les possibles que ce concours ouvre à différents niveaux, que ce soit en termes d’idées nouvelles, de stratégies et de partenariats pour relever le défi d’une architecture urbaine des milieux."



Jean-Louis Subileau est diplômé de l'IEP de Paris en 1965, Jean-Louis Subileau accomplit, de 1966 à 1968, diverses missions d'études pour la DATAR et pour le ministère de l'Equipement concernant, notamment, les "métropoles d'équilibre" et la régionalisation du budget de l'Etat. En 1970, il est nommé Directeur adjoint de l'Atelier Parisien d'Urbanisme (APUR). En janvier 1990, il collabore à la rédaction du Livre blanc de l'Ile-de-France (DREIF - APUR - IAURIF). De décembre 1990 à juin 1997, il est directeur général de la SCET (Société Centrale pour l'Equipement du Territoire - groupe Caisse des Dépôts).En septembre 1990, il est nommé président directeur général de G3A, filiale du Groupe SCIC, - Groupe Caisse des Dépôts, spécialisée dans l'assistance à maîtrise d'ouvrage. Depuis juillet 1997, il est conseiller du Président du Groupe SCIC, responsable des grands projets.Depuis mars 1998, il est également directeur général d'Euralille et, depuis juillet 1999, gérant de Tertial, filiale du Groupe SCIC pour l'immobilier d'entreprise.
En Octobre 2001, Jean Louis-Subileau reçoit le Grand Prix de l'Urbanisme 2001.

"Présider le jury d'Europan France est une expérience particulièrement vivifiante. Un foisonnement d'idées vous stimule. Ce qui frappe c'est l'audace et l'intrépidité des concurrents.
L'impossible leur est demandé : croiser toutes les échelles ; de la stratégie territoriale au dessin urbain et jusqu'à la pertinence architecturale et programmatique des bâtiments.
Des concepteurs plus expérimentés y rechigneraient. Mais les lauréats d'Europan osent affronter les objectifs et les contraintes souvent contradictoires qui sont le propre de l'urbanisme et le distingué de l'architecture."





Jean-Louis Violeau, sociologue, chercheur au laboratoire ACS (CNRS UMR 7136-ENSAPM), a récemment publié Situations construites II (Sens & Tonka, 2006 - sur l'Internationale situationniste et l’architecture de son temps) et Les Architectes et Mai 68 (Recherches, 2005).

"Je n’ai jamais été candidat à aucune session du concours Europan, mais j’ai eu le privilège d’assister aux débats du jury de la 6e session, en 2001. L’accumulation des centaines de projets, près de 600, rendus à cette occasion m’avait alors à proprement parler sidéré. Là, dans le combles du Palais de Chaillot qui allait devenir la Cité de l’architecture, tout en haut se trouvaient exposés près de 1.000 panneaux, pendant que plusieurs centaines, ceux des projets classés « C » et « D » par les experts, étaient rassemblés dans d’épaisses piles consultables. Heures et masse de travail, foi des jeunes candidats souhaitant en être distingués, tout concourrait au sentiment de vertige suscité par cette accumulation de planches, aussi nombreuses que celles qui avaient dû être montrées à l’occasion des Grands projets mitterrandiens, « âge d’or » déjà lointain."
GENERATION EUROPAN
L’exposition «Génération EUROPAN» s’est tenue du 21 mars - 27 mai 2007, à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris.
 
EUROPAN, fédération d’organisations nationales représentant une vingtaine de pays européens et composée d’architectes, d’urbanistes, de chercheurs, d’experts, d’élus, de maîtres d’ouvrage… stimule la création architecturale et urbaine en Europe en lançant des appels d'idées ouverts aux jeunes concepteurs européens, en animant réflexions et débats sur les nouvelles pratiques de projets avec tous les acteurs de la ville, et en soutenant et évaluant des réalisations exemplaires.

LA DOUBLE VOCATION D'EUROPAN
Des concours d'idées d'architecture. Lancés environ tous les 2 ans sur un thème spécifique, ils s'adressent aux jeunes concepteurs européens de moins de quarante ans et, depuis la deuxième session, les questionnent à partir de situations urbaines réelles. Ils ont pour but de sélectionner de jeunes architectes de talent sur des idées innovantes et de leur permettre de les adapter dans le cadre d'un processus expérimental d'un projet d'architecture urbaine.

Une réflexion sur la démarche de projet. C'est une plate-forme de débat et de capitalisation pour de nouvelles pratiques de tous les acteurs de la ville et de l'architecture.

[voir présentation complète]